MerkLande.Com

Merkel – Hollande : le couple franco-allemand aux deux visages

Rencontre du 3ème type à Berlin

by admin on 16 mai 2012

Le baptême du feu pour Hollande c’est achevé hier soir, après sa visite à Berlin. Bravant tous les éléments, pluie, vent, orages, foudre sur l’avion, Hollande a pu rencontrer pour la première fois la chancelière allemande, après une journée bien chargée à Paris.

Il est absolument évident de dire que le couple Franco-Allemand DOIT fonctionner. Ceci est la règle d’or pour le fonctionnement de l’Europe, ceci est d’autant plus vrai depuis l’extension de l’Europe à 27 pays.

Durant la conférence de presse, le ton était donné. Merkel expose sa position sans pour autant se fixer sur tel ou tel point. Elle le fait très bien, cela lui évite de faire des promesses pour ensuite revenir sur ses positions. Hollande se sentant peut être encore en campagne, déblatère son programme électoral.

Il est cependant intéressant de constater que sur la partie « grecque » de la conférence de presse, bien que les deux aillent affirmé une position commune – ils s’accordent pour dire que la Grèce doit rester dans l’Europe -, les points de vue sont diamétralement opposés. D’une part Merkel parle d’un mémorandum qui doit être respecté pour que les Grecs puissent rester dans la zone Euro, Hollande quant à lui, veut lancer des appels vers la Grèce du style « nous ne vous laissons pas tomber » ; il parle lui des résultats de l’élection grecque et d’un peuple souverain qui peut décider de son sort.

Vœu honorable de Hollande: le peuple est souverain, mais que se passe t-il si les grecs disent oui à l’Europe mais d’un autre coté les critères budgétaires du mémorandum ne sont pas respectés?

Cet exemple illustre de manière assez flagrante l’état d’esprit des deux chef d’état. D’un coté Merkel, à la tête d’un pays économiquement très fort, qui en cas de besoin doit faire le plus gros chèque pour Athènes, et qui prône le respect des engagements en matière de déficit et de budget. Face à elle, Hollande tenant un discours sur la liberté de destin des peuples, mais qui ne se soucis en rien des coûts que tout cela pourrait avoir.

En clair: le pragmatisme économique de Merkel face aux discours pieux de Hollande. L’un pense qu’il aura peut être un jour à payer, l’autre fait des promesses qu’il ne pourra pas payer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>